Ce matin, nous avons quitté notre hôtel et la paisible Otres Beach en tuk tuk pour rejoindre la station de bus de Sihanoukville. On cherche en vain un endroit pour prendre le petit déjeuner, un petit resto nous propose alors gentiment d'aller nous chercher du pain. Tout ça pour mieux nous faire payer le prix fort... Agacés, on part prendre notre bus. Une fois installés, le chauffeur monte dans le bus pour récupérer des outils et redescend. Jérémie a un mauvais pressentiment et descend à son tour...pour trouver le chauffeur la tête dans la soute et les deux mains dans notre sac à dos dont il a fait sauter le cadenas avec ses outils. Jérémie rentre alors dans une colère noire et colle un pain au chauffeur. On tente alors de secouer les employés du guichet mais ils n'en ont rien à faire. A croire que c'est normal, dommage qu'on lui soit tombé dessus. Pas un ne se lèvera, on est atterré ! On prévient les autres passagers du bus (nous ne sommes que six touristes occidentaux) et nos sacs voyagent avec nous dans le bus. Heureusement, rien n'a été volé. Tous nos objets de valeur sont toujours avec nous.
Partis à 9h10, on arrive à Phnom Penh à 14h30 (220 km) où l'on est censé loger chez un couchsurfer. Mais lui aussi a décidé de contribuer à cette journée pourrie et nous pose un lapin ! Après avoir rencontré des cambodgiens sympas (apparemment il en existe quelques-uns), gérants d'un bar où l'on s'est posé pour souffler, nous décidons de nous offrir un hôtel sympa pour compenser. Pour $26 la nuit (la folie !), c'est le grand luxe : service au top avec rafraîchissements offerts et grands sourires, chambre classe et on se détend enfin ! Repas au Domino's Pizza, et la journée pourrie se détermine. On espère que ça ira mieux demain :-)

Info déchets :
Après nos quatre premiers jours au Cambodge, on était surpris d'entendre dire que le pays est extrêmement sale car cela nous paraissait même plus propre que la Thaïlande. Mais ça y est, on a vu l'ampleur des dégâts et effectivement, c'est immonde, choquant et honteux ! Des millions de déchets sont répandus partout, le long des routes, dans les canaux... Une véritable décharge à ciel ouvert.

La main dans le sac
La main dans le sac
La main dans le sac
La main dans le sac
La main dans le sac
La main dans le sac
Retour à l'accueil